Présentation

20 ans plus tard, on refait l’histoire

Quand on est amoureux de courses de voitures historiques, propriétaire d’une Lotus Seven, et que l’on veut se mettre à organiser des compétitions, de quoi rêve-t-on ? De faire renaître les courses de LOTUS Seven bien entendu !
C’est ce qui est arrivé à Jean-Paul Couilliot. En 1987, aidé par son ami Alain Nibart, ils décident ensemble de faire revivre la célèbre Coupe des Provinces qui mis en scène les fameuses Lotus Seven en 1964 et 1965. Ainsi naquit le Trophée Lotus Seven avec la bénédiction de l’usine Lotus et de Gérard Crombac, le célèbre passionné de la marque.

Ce fut un succès immédiat qui, année après année, ne s’est jamais démenti après plus de 30 saisons d’existence.

De 1987 à 2004 le Trophée Lotus sous la baguette passionnée de Jean Paul Couilliot pris son essor jusqu’à devenir le doyen des trophées historique français .La formule monotype qui s’apparente au formules de promotion , a rencontré aux fils des années, un succès croissant, attirant même des pilotes de renom comme Jean Pierre Beltoise , Jean Claude Andruet, ou Henri Pescarolo, venus gouter aux joies de la petite anglaise.

L’année 2005 voit se concrétiser un changement important, le Trophée Lotus Seven devient le Trophée Lotus et accepte dorénavant les prototypes à moteur avant de la marque, celui-ci s’ouvre donc à d’autres modèles et plus précisément au Lotus XI, Elan, mais aussi aux Europe, Elite, et surtout aux Caterham 1600 qui ont succédé aux Lotus Seven et qui en sont les plus proches.

En janvier 2010, Jean-Paul Couilliot, le fondateur, souhaite prendre un peu de recul, dans l’organisation du Trophée et, confie la gestion du Trophée à Christian Odin sous l’égide d’une association de pilotes nouvellement créée, intitulée la NAPA, Nouvelle Association de Pilotes d’Anglaises dont les membres fondateurs Christian ODIN, Gérard DELPRAT et Fabrice BERNARD comptent de très nombreuses participations au Trophée Lotus.

A partir de la saison 2011, les pilotes ont souhaité recentrer le Trophée Lotus comme étant une évocation la plus fidèle possible de la coupe des provinces et ont décidé de restreindre l’éligibilité des autos aux seules Lotus Seven et Caterham 1600, dans le but d’une meilleure homogénéité du plateau. Toutefois après acceptation du dossier technique par le commissaire technique du trophée : Les Lotus XI ; les Lotus Elite (Type 14) ; les Lotus 23 ; les Lotus Elan (type 26, 36, 45 et 50) et les Lotus Europe et Europa (types 46, 54, 65 et 74) conformes à leur fiche F.I.A. peuvent participer aux épreuves mais elles ne marquent pas de points au classement général du Trophée Lotus.

Le 1er janvier 2018, la gestion et la promotion du Trophée Lotus sont confiés à la société Mecanic Gallery, société nouvellement crée par Christian Odin dans le domaine de la compétition de véhicules historiques afin de développer davantage le rayonnement de l’épreuve. Ainsi un site internet plus moderne est déployé , des service de location, de transport, et d’assistance sont proposés aux pilotes afin d’attirer de nouveaux participants. Des professionnels de l’automobiles nous rejoignent et apportent leurs compétences et leurs expériences de la course historique. En 2018, un record est battu : cinquante-cinq pilotes participent au Trophée Lotus, permettant ainsi à chacun de trouver des compétiteurs à son niveau de pilotage, une vingtaine d’entre eux prenant le départ de toutes les courses.

L’ ambiance unique du Trophée se matérialise en dehors des circuits

Le Trophée Lotus réunit systématiquement les participants dans un même lieu le samedi soir lors des 6 ou 7 épreuves que constitue ce championnat durant l’année.

C’est le moment idéal pour refaire la course et envisager les performances de lendemains meilleurs. Ce dîner est toujours un grand moment de convivialité, il est quelques fois organisé au sein même du paddock, sur le circuit.

Le succès et la perennité du Trophée Lotus
reposent sur plusieurs critères

• Un règlement technique clair et rigoureux qui évite l’escalade des coûts.
• Un programme permettant aux participants de courir sur les plus beaux circuits français et quelques fois étrangers.
• Des courses passionnantes pour les participants et les spectateurs.

Et surtout, une ambiance de gentlemen driver sur la piste et de la bonne humeur sur un paddock toujours très animé.

Trophée Lotus est une marque déposée.

Comment participer

Pour participer au Trophée Lotus, il vous faut…une lotus, mais pas seulement…

Le cœur du peloton est constitué de Lotus Seven des années 60 et de Caterham 1600 kent des années 80 et 90 sous certaines conditions dont vous trouverez les détails dans les règlements (TECHNIQUE et SPORTIF).

Pour courir, vous devez tout d’abord créer un compte utilisateur ICI et choisir de souscrire à une cotisation de 400 € à la saison ou de 150 € pour une course. Cette participation est destinée à subvenir aux dépenses générées par le Trophée : secrétariat, coursiers, impressions, site internet, commissaire technique agrée F.F.S.A., droits d’enregistrement, droit d’utilisation de la marque Trophée Lotus, assurances etc…

Vous devez également souscrire une licence FFSA (environ 435 € en licence nationale NCC), sur le site www.licence.ffsa.org

Et vous devez bien sûr vous équiper comme un vrai pilote que vous serez, avec combinaison, casque, bottines et gants aux normes FIA. (Budget à partir de 1 000 €).

Vous devez ensuite vous inscrire à la course ou aux courses de votre choix ICI

Vous n’avez aucune obligation de participer à toutes les courses. Les formats comprennent très souvent une ou plusieurs séances d’essais libres de 20 ou 25 mn (coût : 80 à 100 €, à réserver sur le site  d’HVM Racing) qui ont lieu généralement le vendredi, puis un engagement (de 750 à 850 € selon les circuits) pour l’épreuve au cours de laquelle vous aurez à effectuer une séance d’essais chronométrés, souvent le samedi, qui déterminera votre place sur la grille de départ et deux courses de 25 à 30 mn chacune.

Depuis 2010, nous disputons deux courses distinctes et donc deux podiums alors que précédemment, c’était l’addition des deux manches qui représentait le classement du week-end. Les trois premières Seven et les trois premières Caterham ont les honneurs du podium.

Nous partageons le repas du vendredi soir ou du samedi soir entre pilotes, organisateurs et accompagnants, ce moment est généralement très apprécié, car très convivial et il permet aussi de mieux se connaître et de s’apprécier en dehors de la piste et du paddock.

Sur le paddock, les festivités ne sont pas en reste, puisque s’organisent souvent de façon plus ou moins spontanée, en fonction de la météo, des sortes d’auberges espagnoles du paddock où chacun fait découvrir à l’autre des produits de sa région. Cependant, certains liquides sont rigoureusement prohibés avant les courses mais peuvent être consommés (avec modération) après l’effort, dans le seul but de soutenir la viticulture française.

Il faut donc pour participer au Trophée Lotus faire la preuve d’un certain art de vivre où la gastronomie n’est pas étrangère.

Sur la piste, une conduite de gentlemen est de rigueur mais cela n’empêche pas l’esprit de compétition qui caractérise la plupart d’entre nous et il arrive que les combats soient virils mais corrects ; l’état d’esprit des amateurs que nous sommes ne devant jamais être pris en défaut.

Toutefois, avant de titiller les meilleurs, il vous faudra, rouler, et encore rouler, apprendre les circuits et chacune de leurs spécificités afin d’emmagasiner de l’expérience sur la piste car vous vous apercevrez assez vite que votre connaissance de la conduite automobile est bien éloignée du pilotage d’une voiture de course, mais c’est aussi cela que vous viendrez acquérir dans le Trophée.

Attention cependant car si vous venez partager notre passion, l’addiction n’est pas loin et vous serez comme nous impatients de retrouver vos adversaires et néanmoins amis, une fois par mois d’avril à octobre, chaque année pour 6 ou 7 rendez-vous sur les plus beaux circuits de France et même quelques fois d’Europe.

Voilà, vous savez tout ou presque des conditions nécessaires à la participation au Trophée Lotus, le budget global, hôtels, déplacements et restaurants compris est d’environ 1 500 € à 2 000 € par week-end.

En ce qui concerne les autos, les prix d’acquisition sont très variables, en fonction de leur niveau de préparation, mais compter de 25 000 € à 30 000 € pour une Caterham et de 35 000 à 45 000 € pour une Lotus Seven.

Nous offrons aussi la possibilité de location de voiture à la course pour un budget d’environ 3 000 € à 4 000 € le week-end.

La compétition est de mise sur la piste, à tous les niveaux et la bagarre est intense en tête comme en queue de peloton, mais nous ne sommes pas des champions du monde et si il est vrai que les premiers sont plutôt rapides, le cœur du peloton est lui plus facilement accessible et vous trouverez toujours un ami avec lequel vous pourrez disputer âprement votre place, dans un esprit sportif, bien évidemment.

Trophée Lotus est une marque déposée.

Calendrier & tarifs 2022

trophée-lotus-header-louer-une-seven-2

Louer une Seven

L’univers de la compétition historique fourmille de bonnes idées. La dernière en date émane de Mecanic Gallery, la structure en charge de l’organisation du Trophée Lotus.

Au sein de celui-ci, il est désormais possible de découvrir les plaisirs de la course et le pilotage enivrant d’une Caterham ou d’une Lotus Seven au travers d’une formule de location à la course.

« Elle séduira en priorité ceux que je nomme les primo-accédants » développe Christian Odin, l’initiateur de la formule. « Autrement dit, ceux qui rêvent de compétition automobile sans avoir encore osé franchir le pas, ou qui souhaitent effectuer un essai avant d’investir dans l’achat d’une auto. Enfin, cela peut également faire l’objet d’un merveilleux cadeau d’anniversaire ».

Sur une base tarifaire low cost, il s’agira ainsi pour l’heureux bénéficiaire de la formule de participer à l’une des manches du Trophée Lotus, dont le calendrier 2022 s’égrènera au fil des plus beaux circuits Français. 

Quant à l’auto, que ce soit une Caterham ou une Lotus, elle n’aura guère de mal à livrer son lot de sensations à son utilisateur du jour. Avec son poids plume allié à un moteur alerte de 1600cc, ce petit roadster britannique autorise un pilotage aussi ludique que formateur. Colin Chapman ne s’y était pas trompé : LIGHT IS RIGHT !

Pour chacune des trois formules présentées ci-dessous, sont compris :

  • Le transport.
  • La mise à disposition et l’assistance sur le circuit, les consommables (essence, huile, plaquettes, pneus).
  • Une tente privative sur le paddock.
  • Les entrées et parking VIP pour vos accompagnants (maxi 6 personnes).
  • Une séance d’essais privés dédiée aux Seven.

Ne sont pas compris :

  • L’inscription au Trophée Lotus (hors trackday), l’engagement aux épreuves, la fourniture des équipements pilotes obligatoires (casque, combinaisons, sous-vêtements, gants et bottines FIA).
  • Le coût de la licence ou du titre de participation.
  • L’assurance dommages matériels.
  • Une caution de 12000 euros sera perçue par chèque le jour de l’épreuve (non encaissée sur place).

CATERHAM SEVEN ACCESS

  • Conduite à gauche
  • Moteur Fiat 1600cc, boîte 5 rapports, pont rigide
  • Disques AV, tambours AR
  • 106cv pour 480kg
  • Mise en conformité totale avec le règlement technique 2022 du Trophée Lotus

La formule est proposée au prix de :

  • 1 150 € TTC pour le trackday by Mecanic Gallery.
  • 2 500 € TTC pour une épreuve de l’Historic Tour.
  • 2 750 € TTC pour le SPA Summer Classic.

POUR PLUS DE DÉTAILS, CLIQUEZ ICI.

CATERHAM 1600 KENT

  • Conduite à gauche
  • Moteur Ford 1600cc Kent, boîte 5 rapports, pont De Dion
  • Disques AV, disques AR
  • 125cv pour 470kg
  • Mise en conformité totale avec le règlement technique 2022 du Trophée Lotus

La formule est proposée au prix de :

    • 1 300 € TTC pour le trackday by Mecanic Gallery.
    • 2 900 € TTC pour une épreuve de l’Historic Tour.
    • 3 150 € TTC pour le SPA Summer Classic.

POUR PLUS DE DÉTAILS, CLIQUEZ ICI.

LOTUS SUPER SEVEN

  • Conduite à gauche
  • Moteur Ford 1600cc Kent, boîte 5 rapports à crabots, pont rigide
  • Disques AV, tambours AR
  • 135cv pour 470kg
  • Plancher décaissé
  • Mise en conformité totale avec le règlement technique 2022 du Trophée Lotus

La formule est proposée au prix de :

  • 1 500 € TTC pour le trackday by Mecanic Gallery.
  • 3 400 € TTC pour une épreuve de l’Historic Tour.
  • 3 600 € TTC pour le SPA Summer Classic.

POUR PLUS DE DÉTAILS, CLIQUEZ ICI.

LE CALENDRIER DE LA SAISON 2022

11 mars : Trackday by Mecanic Gallery au Circuit de Bresse
25-26-27 mars : Historic Tour Magny-Cours
15-16-17 avril : Historic Tour Ledenon
6-7-8 mai : Historic Tour Dijon-Prenois
24-25-26 juin : SPA
Summer Classic
6 juillet :
Trackday by Mecanic Gallery au Circuit de Bresse
9-10-11 septembre : Historic Tour Val de Vienne
30 septembre – 1-2 octobre : Historic Tour Charade
21-22-23 octobre : Historic Tour Albi

Trophée Lotus est une marque déposée.

Un peu d’Histoire

De la Coupe des Provinces au Trophée Lotus

En 1963, la nécessité de faire quelque chose pour aider les jeunes à courir commençait à se faire durement sentir en France. Paradoxalement, c’est à un animateur de la radio Europe N° 1 que l’on doit l’idée de lancer une course avec des jeunes au volant de voitures qu´ils auraient assemblées eux-mêmes avec l’aide d’amis. Ford France appuya l’initiative d’Europe N° 1 en fournissant des kit de Lotus Seven aux Automobiles Club de différentes provinces.

C’est ainsi que naquit ” La Coupe des Provinces ” qui, en deux ans, 1964 et 1965, allait révéler quantité de vocations notamment Henry Pescarolo ou Patrick Depailler.

Les Lotus Super Seven furent livrées en kit et un long travail de préparation commença. C’est le 20 mai 1964 à Montlhéry au Grand Prix de Paris que démarra la compétition, notamment grâce à Raymond Roche, Président de la FFSA et à Maurice Mestivier, Président de l’AGACI et organisateur du Grand Prix de Paris qui accepta d’être le premier organisateur d’une course avec des pilotes qui n’avaient pour la plupart jamais couru.

L’année 1964 fut marquée par la victoire du Lyonnais pour la Coupe des Provinces, avec notamment les performances remarquées de Jimmy Mieusset, et par la victoire de Paris pour le trophée de la montagne.

Le succès de cette épreuve fut réel, avec 50 pilotes engagés dans 14 courses pour cette 1ère année (1964), environ 150 jeunes participèrent au montage, à l’entretien et à la mise au point des autos, car la vocation de cette épreuve était aussi éducative.

Les Lyonnais y participèrent avec autant de réussite en 1965, où ils devancèrent l’écurie Normandie et celle de Paris.

Immortelle Lotus Seven

Tout un symbole : sur la photo ci-dessus, en 1964, le jeune barbu Pescarolo savoure sa victoire à Albi avec le second Bonami. Sur la photo de droite, en 1998, la Seven qu´utilisait Pescarolo 34 ans plus tôt, trône au pied du podium de Montlhéry.

Parmi les engagés, on retrouve certains noms devenus célèbres dans le monde de la course automobile, comme Robert (dit Jimmy) Mieusset, Henry Pescarolo, Patrick Depailler ou José Dayan.

Le Trophée Lotus, digne évocation de la Coupe des Provinces

En 1987, Jean-Paul COUILLIOT décidait de faire revivre cette formidable aventure des années 60 et créait le Trophée Lotus, puis en 2010 il en confiait la gestion à Christian ODIN, pilote du trophée depuis 2004 et passionné de la marque.

Trophée Lotus est une marque déposée.